jeudi 1 février 2018

Février, mois tranquille

Si on en croit la dernière étude conduite par le ministère de l’intérieur, le mois de février aurait vu le nombre de crimes et délits baisser par rapport aux autres mois. Il en va de même pour les accidents de la circulation, ainsi d’ailleurs que les accidents domestiques.

Le ministère de la santé s’intéresse aussi à cet étrange phénomène, et une commission ad hoc composée de médecins, de criminologues, de sociologues et autres psychologue a créée tambour battant.

Il est vrai que si nous découvrions le pourquoi du comment, nous pourrions réduire considérablement la délinquance et la mortalité dans ce pays. C’est pour cela qu’une véritable fortune vient d’être débloquée pour l’étude de ce phénomène.

Le résultat de l’enquête a été rendu il y a quelques jours, et il est sans appel : si le mois de février a des quotas moins élevés en tout, c’est qu’il contient moins de jours que les autres mois.

dimanche 1 janvier 2017

QUELLE EST LA COULEUR DU CHEVAL BLANC D'HENRI IV ?

Voilà une vieille blague, qu'on faisait sans doute déjà du vivant de ce roi illustre. Pourtant, cette devinette est loin d'être aussi bête qu'on pourrait le croire.

Toutes les couleurs des robes des chevaux ont un nom spécifique, et bien qu'il fût blanc au premier abord, le cheval d'Henri IV était d'une variété fort rare.

Il s'agissait probablement d'un cheval Barbe, race connue depuis l'antiquité. Et son pelage blanc cassé et ses yeux bleus cernés de rose en font une pure merveille. Cette robe est connue sous le nom de "Crème".

De plus, le cheval d'Henri IV était prénommé "Blanc".

Si dorénavant on vous pose cette devinette, vous saurez la réponse : le Cheval Blanc d'Henri IV était de couleur crème.

vendredi 1 avril 2016

Des fraises bleues ???

En consultant un magazine scientifique canadien, je suis tombé sur cette information :

"Nos chercheurs viennent de parvenir à l’élaboration d’une fraise de couleur bleutée.
Si cela peut paraître quelque chose d’inutile, voire de complètement absurde, elle est toutefois d’une très grande utilité pour les cultivateurs.
En effet, les volatiles de tous plumages raffolent de ces baies rouges, ravageant ainsi les cultures sans qu’aucune solution efficace ne soit apportée, car paradoxalement, les étourneaux responsables de ce drame économique pour des milliers de maraîchers du continent sont une espèce protégée par le WWF.

Quelques fraises de couleur jaune appelées injustement "fraises blanches" ont bien vu le jour mais ont connu un succès plus que mitigé du côté du consommateur final, elles sont donc essentiellement utlisées par l’industrie pour parfumer yaourts ou spécialités pâtissières ajoutées à d’autres baies ou des colorants naturels tel que le rouge de cochenille pour lui rendre un bel aspect de fruit rouge. Mais si les oiseaux ne picoraient pas ces fruits dans le passé, ils se sont hélas très vite adaptés et dévorent ce fruit succulent avant même qu’il n’arrive à maturité. Il fallait donc trouver autre chose.

Un groupe de chercheurs canadiens a donc mis au point une nouvelle variété de fraise nommée "Indiguette" bien qu’elle ne soit pas, comme tient à le spécifier April Fishman, directrice de recherche, de couleur indigo mais plutôt bleu cyan. Cyanette n’étant pas un nom commercialement porteur, ressemblant trop à cyanure, les publicitaires travaillant avec ce laboratoire ont préféré un autre nom rappelant la couleur de cette nouvelle variété. Elle nous précise en outre que les oiseaux ayant une sacro-sainte horreur de la couleur bleue l’évitent comme la peste."

Le rédacteur de l’article en question espère que contrairement aux oiseaux, les consommateurs ne bouderont pas ce fruit et s’habitueront à cette nouvelle couleur estivale dans leurs assiettes.
( Source : http://canadian-scientist.com )

mardi 28 janvier 2014

Un dîner presque parfait

Un petit resto au bord de la Nationale. Un "routier". Petit parking presque vide, seul un camion cabossé ose y stationner. L'endroit ne paye pas de mine. Et pour cause. On est reçu par une serveuse au tablier douteux, aux cheveux gras, aux bas qui plissent et à la robe crasseuse qui boudine un corps aux bourrelets proéminents. Pour couronner le tout, elle vous parle en postillonnant en utilisant un vocable aussi sommaire qu'épouvantable.

"Ca s'rait pour bouffer ?"

Vous êtes un peu déstabilisé. Elle vous demande de vous suivre. Vous le faites un peu à contrecœur. Il fait tard, il fait faim, vous êtes éreinté par le voyage. Le plancher est sale et semble recouvert d'une matière visqueuse tant vos semelles ont l'air de coller sur le sol. Pratiquement toutes les places sont libres, à part une, au fond de la salle. Un type, visiblement un routier y mange à grand renfort de bruits divers ce qui semble être un potage dans un bol. Pas de chance, elle vous place à la table près de la sienne, à côté de ce que vous soupçonnez à l'odeur être la porte des toilettes. Elle vous tend un menu aussi graisseux que sa chevelure. Vous commencez à jeter un coup d'oeil à la carte, mais elle vous dit aussitôt : "Pas la peine de tortiller du cul, y'a plus que d'la soupe au lard". Vous acceptez donc, non sans avoir vérifié rapidement le tarif dudit plat : Excessif !

vous attendez. Dix minutes. Puis vingt. A la table voisine, les bruits de succion se font de plus énervants, entrecoupés par le grincement de la cuillère qu'on gratte sur la céramique du récipient.  Enfin, la serveuse revient, le bol de soupe dans les mains, ou plutôt, les mains dans le bol puisqu'elle a le pouce qui trempe allègrement dedans. C'en est trop. Vous vous énervez : "mais enfin, c'est dégoûtant !" et là, la femme vous explique : "bin quoi ! J'ai un putain de panaris, et l'toubib, il m'a dit de carrer mon doigt dans un liquide chaud pour que c'te bordel d'abcès finisse par percer!".

C'en est trop ! vous êtes au bout de votre patience et vous lui lancez : "mais votre pouce, vous vous le mettez dans l'cul !!!".


Elle ne quitte pas sa nonchalance, vous fixe d'un regard bovin et vous répond : "c'est là que j'le mets entre deux services de plats".

lundi 14 janvier 2013

Enfants de la télé.

Ce qu’il y a de bien avec la télé, c’est que si vous ne savez pas quoi penser, on peut vous proposer des idées toutes faites. Souvent light (0% de matière grise), ce qui est parfait en ces périodes de restrictions et de régimes, 

On ne sait pas toujours quoi dire de l’actualité : le mariage homo, la guerre du Mali, l’impôt à 75%, etc... Heureusement, vous aurez toujours un journaliste bienveillant qui va vous expliquer par le menu comment il faut penser, et si d’aventure, vous étiez d’un avis différent, vous remettra sur le droit chemin en vous expliquant que vous aviez tort et que votre façon de voir les choses fait de vous une mauvaise personne. (En d’autres temps ou d’autres lieux, on vous aurait placé en camp de rééducation, mais nous sommes en démocratie, et la honte que vous vous choperez demain à la machine à café quand vos collègues, qui eux ont bien pensé dès le début,, vous recadreront, suffira à vous faire prendre conscience que votre mauvaise analyse est dangereuse pour la société. Eux, ils ont bien écouté le journaliste et ont donc bien compris dès le départ les tenants et les aboutissants de ces affaires.

Ah ! quel bonheur de ne plus avoir à se forger soi-même ses propres opinions ! C’est toujours ça de gagné sur le temps de cerveau disponible !

lundi 10 décembre 2012

Fin du monde et calendrier Maya

Comme tous les ans, mon facteur est passé pour me vendre son traditionnel calendrier.

Je l'ai regardé, et j'ai été frappé de stupeur. Il se termine le 30 juin 2013 !!!

La fin du monde serait-elle prévue, contrairement aux prédictions du  calendrier Maya, au 1er juillet 2013 ??


J'ai voulu en avoir le coeur net, j'ai demandé à mon facteur ce que cela signifiait, et il m'a rassuré en me disant qu'il suffisait de retourner l'objet pour voir apparaître le reste de l'année.

Pas bête du tout !!!!


Je me suis ensuite interrogé : "Et si les gens qui avaient "étudié le calendrier Maya avaient fait comme moi et n'avaient pas retourné le fameux calendrier ???"



J'ai retrouvé par la suite un calendrier Maya, et je me suis rendu compte qu'il ne se terminait pas le 12 juillet 2012 mais le 30 juin 1981.

J'ai d'ailleurs posté la photo afin de rassurer l'humanité :

La fin du monde a bien eue lieu, mais ça s'est passé si vite qu'on ne s'en est pas rendu compte !!!


(Sauf Giscard, un mois auparavant).



Calendrier Maya, avec l'aimable autorisation des PTT

jeudi 2 août 2012

Evolution de l'enseignement


Au fil des ans, l’enseignement scolaire en France a profondément évolué. Ce petit texte, datant de quelques années déjà va vous le démontrer :

Années 50 :
Un fermier vend un sac blé 1000 francs. Sachant que ses frais correspondent aux 4/5 de son prix, indiquez sa marge bénéficiaire.
Années 60 :

Sachant qu’un agriculteur vend 10 Nouveaux francs un sac de céréales, que ses frais correspondent aux 4/5 du prix de vente, soit un total de 8 Nouveaux Francs, indiquez le bénéfice du vendeur.
Les années 70 marquent l’apogée des “Maths modernes” :

Soit un agriculteur A vendant un sac de blé B. Il reçoit un sac de monnaie M.

Sachant que chaque élément M vaut 1 franc et que la cardinalité de l’ensemble M est égal à 10, dessinez 10 gros ronds symbolisant l’ensemble des élements M.

Soit l’ensemble C représentant les coûts de production de A ;

1° Représentez C comme sous ensemble de M ;
2°) Quelle est la cardinalité de l’ensemble B’, bénéfices de A

Années 80 :

Un fermier inféodé au capitalisme vend un sac de blé 10 francs. Ses coûts de production sont de 8 francs et son bénéfice net est donc de 2 francs.

1°) Soulignez en rouge le mot “capitalisme” et engagez avec vos camarades de classe une discussion sur le capitalisme et le comportement honteux de ce fermier.


Années 90 :

Un(e) fermier(ère) vend un sac de blé 10 francs. Sachant que ses coûts de production s’élèvent à 80% du revenu net, représentez graphiquement sur votre calculatrice la marge bénéficiaire.

vous utiliserez ensuite une feuille de calcul Excel nommé “sacdeble.xls” pour déterminer le profit.

vous discuterez ensuite du résultat avec les élèves de votre groupe et rédigerez ensemble une dissertation analytique de cet exemple dans le monde économique réel.

Années 2000 :

Un producteur-cultivateur de l’Espace Agricole Europeen, relié à Internet via un périphérique ADSL de 2e génération, consulte en conversation synchrone une banque de donnée displayant le taux actuariel de la céréale en cours réactualisé “day-rate”.

Il décide de télécharger un progiciel de type SAP/R3 à connexion vectorielle afin de déterminer à 90% de fiabilité (virgule flottante) le cash flow et le screener sur display 20 pouces Energy Star. Avec la souris, fais parcourir le curseur autour d’un espace virtuel symbolisant le sac de blé. Vous le texturerez à l’aide d’un logiciel de dessin vectoriel afin qu’il ait l’apparence du lin tressé ou du chanvre. Vous utiliserez Photomaker 3.1 for windows ou Imagereal for Linux selon la configuration matérielle de votre terminal. (Utilisateurs d'OsX, utilisez un émulateur).

Ensuite, loguez-vous sur le sous-réseau CEREAL (via le réseau intranet de la communauté scolaire) et vous discuterez sur le forum dédié pour savoir si le producteur respecte bien les normes ANSI, ISO, NF et CEE.

Années 2010 :

1 kultivateur van du blé 10 €. sa Koute 8 € pour fèr poucé se blé.
Kel é le beneffisse ?

Années 2020 :
Interrogez-vos grand-parents lors de votre prochaine visite à la maison de retraite et tentez de répondre par écrit aux questions suivantes :

1°) Qu’est-ce qu’un fermier ;
2°) qu’est-ce que du blé ?